#
 
 
 
 

En voyage

Vues d'ailleurs
par Jeanne MIRA *
* l'auteur a utilisé un pseudonyme
Jeanne Mira est consultant en relations humaines. A l’occasion de plusieurs voyages en Amérique Latine elle a cherché à retrouver ses ancêtres chiliens, à se familiariser avec leur culture généreuse aux origines multiples. Paris reste l’un des carrefours privilégiés de l’Amérique Latine en Europe et elle y trouve aussi inspiration et dépaysement.
 
Valparaiso, Chili, Décembre 2002, c’est l’été. Ville sauvage et fascinante. La dolce vita des collines plonge à pic dans le port industriel, sale, sombre, graisseux. Entre les deux, une longue artère traverse la ville, bande passante stridente et vombrissante, petit morceau d’enfer hostile. Pas de taxis, seulement des minibus brinquebalants et je ne sais pas dire où est mon hôtel. Je suis fatiguée, perdue, lasse, comme quand on est seule au bout du monde. Pas le choix, je monte dans le premier engin qui se présente, et là, quelques secondes suffisent à tout changer.
Un petit garçon de dix ans, svelte, gracieux, l’œil pétillant de fierté, me cède sa place, juste derrière la guérite du chauffeur. Je suis une femme et un étrangère, je suis donc une princesse invitée d’honneur du capitaine de ce vaisseau et de son petit prince. L’enfant se tient droit comme un i à côté de moi, avec à la fois déférence et noblesse, son regard noir scrute la route au-devant pour me protéger. Ainsi placé, il reste prêt à attrapper au vol la moindre intention de son père, ce Dieu vivant dont il ne perd pas le moindre geste.
Le bus hoquette, verse et klaxonne, le commandant de bord affronte la tempête avec brio. Dans un espagnol rapide, sec mais chaleureux, il a un petit mot pour chacun des passagers : Maria, comment va ton fils, Victor, où t’arrêtes tu ? Son oeil d’aigle est partout, son autorité palpable et rassurante. Le regard rayonnant de son fils ne le quitte pas, le porte, le fait redoubler d’ardeur au front. Dans la noirceur de la nuit le bus est clair, bienveillant, protecteur.
Cet homme ne conduit pas un bus de nuit dans un port du Chili. Il est responsable, pour quelques minutes cruciales, des destins d’une vingtaine de personnes qu’il guide d’une main sûre à travers de graves périls. Son enthousiasme, son énergie surhumaine ne trouveront jamais d’égaux dans les yeux émerveillés de l’enfant qui l’accompagne. On me dépose devant mon hôtel, comme une fleur rare et fragile. Longtemps, le souvenir, comme une pantoufle de vair, restera présent. Qu’est ce que la puissance ? Comment régner en maître ? Comment faire du monde son empire ? Cet homme là le savait.
   
Vues ® est une marque déposée  Copyright © 2005 Vues